Les traductions d’articles scientifiques sont des produits de la recherche

Ce billet de blog est une traduction du billet de blog original Translated articles are research output.

Photographie de la Biblioteca Vasconcelos, la mégabibliothèque dans le centre-ville de Mexico

La traduction d’ouvrages scientifiques peut grandement contribuer à une communauté scientifique. Prenons l’exemple célèbre, Albert Einstein a traduit ses articles en anglais afin que les Anglo-Américains puissent contribuer à la science de pointe. La tendance moderne à ignorer les travaux qui ne sont pas en anglais conduit à des études de moindre qualité et à un double travail. La traduction peut aider à surmonter les barrières linguistiques et constitue donc un moyen important d’accroître l’accessibilité et la participation ainsi que de contrer la fragmentation de la littérature en îlots linguistiques.

La traduction ouvre également la science à la société, aux sept milliards de personnes qui ne parlent pas l’anglais et bien d’autres qui ne l’utilisent pas comme première langue. Parmi eux se trouvent de nombreuses personnes qui contribuent directement à la science en collectant des données, des personnes qui signalent des problèmes nécessitant des recherches ou des personnes qui ont besoin d’utiliser les fruits de la science (enseignants/formateurs, architectes, ingénieurs, médecins, militants, décideurs politiques, journalistes, etc.) et amplifier le bénéfice sociétal de la science.

Traducteurs potentiels

Cette traduction peut être effectuée par des traducteurs professionnels et publiée dans des revues spécialisées, par des traducteurs employés par les universités ou les instituts des auteurs, par les auteurs eux-mêmes, ou par des bénévoles et publiée dans une archive  institutionnelle ou une revue. Nous avons trouvé des milliers d’ouvrages traduits publiés dans des revues dans la base de données CrossRef DOI. En recherchant des traductions dans des archives institutionnelles, il semble qu’il y en ait des milliers d’autres qui sont très probablement produites par des universitaires pour leur communauté. Avec ce billet de blog, nous souhaitons encourager les chercheurs à traduire et publier leurs propres travaux et travaux de collègues, et à relier la traduction au document original.

L’un d’entre nous (Victor) est climatologue travaillant sur la qualité des données des stations climatiques et il serait utile que certains de ses articles soient traduits dans les langues de l’enseignement supérieur du monde entier afin que les observateurs météo soient plus au courant de problèmes de qualité. Cependant, il ne parle pas ou ne parle pas couramment les langues non anglaises de l’Organisation Météorologique Mondiale (arabe, chinois, français, russe et espagnol). Des collègues qui ont l’expertise dans le domaine et maîtrisent ces langues auraient les compétences de base nécessaires pour les traduire.

D’un autre côté, il y a des cas comme des géoscientifiques travaillant sur une région spécifique qui parleront la langue de cette région ainsi que des langues à plus grande diffusion comme l’anglais. Comme les informations géoscientifiques peuvent être très locales, par ex. informations sur les géorisques dans les régions éloignées, il serait très avantageux pour la communauté locale de comprendre la nature des géorisques dans leur région. Afin de rendre leur travail accessible à un public plus large, ils pourraient traduire leur travail dans une langue à plus grande diffusion qu’ils maîtrisent. Une portée encore plus grande pourrait être obtenue en créant la traduction dans un produit non papier, comme une courte vidéo ou un podcast. De plus, cela augmenterait les chances que les journalistes et les blogueurs écrivent sur ces sujets si une version de ce produit non papier était également disponible dans la langue locale.

Scientifiques et auteurs

Si vous visez à produire une traduction, vous pouvez démarrer en utilisant la traduction automatique qui peut offrir une première ébauche décente pour un certain nombre de langues. La publication de traductions rend le travail plus intéressant car plus de personnes le trouveront plus facilement. (Nous travaillons sur un outil “Translation Switchboard”  pour rendre la recherche de traductions encore plus facile.) Les traductions peuvent être publiées sur un référentiel de manuscrits ; presque tous les référentiels le supportent. Encore mieux serait la publication des traductions dans des revues. Cela les intégrerait au système de crédits académiques pouvant être classés dans la catégorie de sensibilisation communautaire, faciliterait leur recherche et un évaluateur révisant la traduction augmenterait la confiance dans la qualité de la traduction. Même le simple fait d’écrire une traduction du résumé ajoute déjà beaucoup de valeur car cela rend l’article plus facile à trouver. Si l’article est publié dans un référentiel, on peut ajouter plusieurs résumés. Un résumé ferait également un joli court article de blog.

Journaux

Dans la folie du système actuel d’évaluation de la recherche « publier ou périr », il peut être avantageux pour les revues (nationales) qui ne le font pas encore de publier des traductions. Le facteur d’impact des journaux est calculé comme le nombre de citations des numéros publiés au cours des deux années précédentes divisé par le nombre d’« articles de recherche » publiés au cours de cette période de deux ans. C’est une des raisons pour lesquelles les revues publient de plus en plus d’éditoriaux où l’on se demande pourquoi quelqu’un a perdu son temps précieux sur Terre pour les écrire. Les éditoriaux sont cités, mais ne comptent pas comme « élément de recherche ». Cela dépend toujours d’une « négociation » entre la base de données bibliographique et la revue, ce qui compte comme un « élément de recherche », l’envoi d’un peu de chocolat peut aider, mais vous pouvez faire valoir qu’une traduction n’est pas une recherche originale et ne devrait pas être considérée comme un « article de recherche », alors que leurs citations comptent pour la revue.

De nombreuses revues en langues autres que l’anglais ont déjà des résumés en anglais. Cela devrait être encouragé.

Bases de données

Les créateurs d’indices bibliographiques et de bases de données, comme le Web of Science, ainsi que les classements universitaires, pourraient stimuler la production de traductions en incluant les citations de la traduction dans le nombre de citations des articles originaux. Si la traduction est dans une revue indexée, cela n’augmentera pas le total des citations pour une recherche, mais cela pourrait augmenter leur indice h.

Ethique éditoriale

En cette ère du publier ou périr, les auteurs essaient parfois de vendre une traduction comme une étude originale et ne marquent pas clairement le document comme une traduction. Cela a donné aux traductions une mauvaise réputation dans certains milieux, ce qu’il convient d’éviter. Le Comité d’éthique de la publication (COPE) conseille les revues savantes et mentionne dans leurs directives sur la publication redondante que les traductions ne doivent pas être considérées comme des doublons, ce qui aurait été un problème d’éthique, mais comme des publications valides. Le COPE note que ces publications secondaires ou dérivées doivent être marquées comme traduction en faisant référence à la version originale. Le COPE écrit :

ICMJE [International Committee of Medical Journal Editors] advises that translations are acceptable but MUST reference the original.

Même si l’article traduit cite l’original, cela n’apparaît pas dans une liste de publications. Il est donc de bonne pratique de mentionner dans le titre lui-même que l’ouvrage est une traduction. L’ICMJE recommande :

The title of the secondary publication should indicate that it is a secondary publication (complete or abridged republication or translation) of a primary publication.

Passez-vous le mot

Ainsi, que vous soyez auteur, éditeur, réviseur ou recrutez des scientifiques, veuillez considérer les traductions comme des résultats de le recherche et une science ouverte en produisant davantage de traductions pour accélérer les progrès dans la diffusion des connaissances.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :